CHF 2.50

PDF – Le syndrome de la piscine vide – Juin 2022

Magazine trimestrielle, juin 2022

Description

Quand la tentation de donner à l'action trop d’importance ou ce qu'on appelle le « faire » nous éloigne de l'« être », nous risquons à tout instant de nous retrouver au bord du chemin, épuisés, trop surpris par notre affaiblissement pour pouvoir réagir. Les premiers chapitres de la Genèse nous apprennent que le travail, ou plutôt la pénibilité du travail, est une malédiction divine. Aujourd'hui peut-être, certains sont tombés dans une autre forme de malédiction, celle de croire que plus nous sommes actifs et investis, mieux nous nous porterons.
L'hyperactivité au travail ou dans ce qui nous occupe au quotidien n’est jamais bonne en soi, quelles que soient nos bonnes intentions. Le justifier en disant que nous travaillons à l'oeuvre du Seigneur n’est guère plus sage. Comme beaucoup de choses dans la vie, trouver le juste équilibre est ce qui est le mieux pour sa santé. Pourquoi sommes-nous si enclins à croire que nos forces ne nous lâcheront pas, que si nous donnons, nous n’avons pas besoin de recevoir ?
L’article de cette édition ne prône néanmoins pas l’immobilisme, l’inaction ou une prudence exagérée, à l'image de la tendance actuelle à se préoccuper de soi et de son bien-être lorsque le trop-plein nous déstabilise ou qu’une trop grande fatigue nous accable. Son message ne nous invite pas à faire moins ou à nous ménager davantage, mais à savoir NOUS REPOSER et à trouver dans le repos Shalom l'énergie nécessaire à poursuivre notre route. L’important n’est pas de diminuer son activité ou de se protéger de tout. Non, c’est de savoir recharger ses batteries avant qu'elles ne soient à plat. Plutôt que de s'isoler, c'est de trouver des amis de confiance pour parler de ce qui nous pèse. Plutôt que de surexploiter ses ressources, c’est de prendre soin de son jardin intérieur, de le nourrir et de l’irriguer. L'auteur nous encourage ainsi à trouver le point d’eau divin qui étanchera notre soif et nous préservera de l'épuisement.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, l'épuisement au travail ou burnout n’est pas l’apanage de l’homme moderne puisque ce bon vieux livre de l'Ecclésiaste parle déjà de la vanité à s'épuiser pour rien. Le verset 6 du chapitre 4 nous met en garde contre un excès de labeur.
L'inquiétude induite par une activité trop intense, finalement, ne satisfait jamais le besoin de reconnaissance de l’individu. Il montre qu’une main ouverte pleine de calme et de repos vaut mieux que deux mains refermées sur un trop-plein d'activités et d'efforts.
Alors que la plupart d'entre nous se préparent aux grandes vacances estivales, ne serait-ce pas là le temps propice pour faire le point et réfléchir à notre façon d'aborder le repos, le travail et notre manière de fonctionner au quotidien ? Le Dr Pablo Martinez, spécialiste en psychiatrie, nous donne quelques pistes de réflexion intéressantes que je vous laisse découvrir...
Fabienne Aeberli

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “PDF – Le syndrome de la piscine vide – Juin 2022”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.