Grande et petite circulation – suite

Chers amis,

Une fois n’est pas coutume, j’aimerais pour ce blog passer la « plume » à un ami médecin, qui m’a transmis sa réflexion suite à la lecture du blog sur la grande (tout le corps) et la petite (poumons) circulation. Je vous la partage avec son accord car elle me paraît valoir la peine qu’on s’y arrête ! Une merveille de création qui nous parle de quelque chose de plus grand. Une méditation qui va droit au cœur pour 2022 !

(…) Les 2 circulations ayant le même débit, cela signifie que le sang dans la grande circulation « visite » davantage d'organes, alors que dans la petite, il passe plus de temps avec les poumons. Par analogie, si nous sommes amenés à passer du temps avec de nombreuses personnes durant la journée, nous le sommes autant à prendre du temps avec Dieu. Il ne s'agit donc pas de "vite prendre une bouffée d'oxygène auprès de Dieu", mais réellement de prendre un temps de qualité avec Lui.

De plus, puisque le débit est identique, cela signifie que le flux sanguin dans la petite circulation est plus lent. Combien m’accorder un ralentissement, un débraillage, pour me mettre à l'écart en Sa Présence me fait du bien ! Cela me libère momentanément de la contrainte temporelle et du stress, pour me concentrer sur Ses priorités.

Je trouve aussi intéressant que ces 2 circulations soient en parallèle et non "en série", c'est-à-dire l'une derrière l'autre. Car si tel était le cas, il y aurait potentiellement concurrence entre elles - au niveau du temps et de l'énergie investis - et un organe pourrait souffrir de ce que le sang passe davantage dans un autre organe. C'est ce qui arrive par exemple en cas de chute tensionnelle, où l'organisme privilégie la perfusion cérébrale au détriment des muscles ou des intestins.

Par contre, la circulation pulmonaire demeure, pour assurer une oxygénation suffisante. Le cœur accélère même son rythme pour assurer un débit - et donc un apport d'oxygène - suffisant. Ainsi, en situation de stress, nous sommes appelés à passer encore plus fréquemment auprès de Dieu. 

Cela me rappelle une phrase de mère Teresa, que je ne pourrais citer textuellement, mais dont le sens est le suivant : quand le travail est tel que je n'ai plus le temps de prier, je prends d'autant plus de temps pour prier.

Cette double circulation en parallèle me rappelle que quoi qu'il se passe dans la grande, la petite reste indispensable. Sans passage par la petite circulation, le sang ne pourrait remplir son rôle: il circulerait, mais n'apporterait plus d'oxygène. Dans ma vie, il en est de même. Quand je vois que je ne fais que m'agiter et fonctionner, c'est que j'ai négligé mon temps dans la présence de Dieu et n'ai pas su ralentir pour l'écouter. Je m'arrête alors un moment pour laisser son Esprit me nourrir et me parler. Cela ne prend pas forcément beaucoup de temps, mais me dispose et oriente mes pensées autrement. Dr. R. Bossy

Je te bénis, mon, ma cher-e ami-e,
afin que ta volonté soit fortifiée par notre Dieu Tout-Puissant
et qu’ainsi tu puisses choisir « la petite circulation »
afin de ré-oxygéner ta vie aussi souvent que nécessaire.
Oui, je te bénis afin que ces temps de mise à l’écart
te permettent d’être à nouveau rempli de la Sagesse d’En-Haut
afin de pouvoir faire face aux situations que tu vas vivre tout au long de l’année 2022.

Que la Grâce abondante de notre Seigneur Jésus soit déversée dans tout ton être …à déborder !
Et ceci sur toute l’année à venir.
Amen

Marilyn

6 thoughts on “Grande et petite circulation – suite

  1. Répondre
    Lisiane Suter - 7 janvier 2022

    Merci pour cette explication qui résonne comme une évidence ! En effet deux circuits en parallèle où la petite circulation reste prioritaire et donne tout son sens à nos vies !
    Plein de bénédictions avec son Esprit pour nous oxygéner!
    Shalom

  2. Répondre
    Bob - 9 janvier 2022

    Bonjour Marilyn, je rebondis sur cet éclairage de ma modeste position pour confirmer que lorsque nous nous agitons notre geste respiratoire se raccourcit et notre oxygénation diminue. Alors que si nous demeurons confiant, c’est-à-dire dans le repos de l’âme, l’oxygénation retrouve sa plénitude et le circuit court alimente le circuit long en oxygène. Cesser de craindre permet à nouveau de croire et l’œuvre de nos mains est à nouveau animée par la Vie. Or retourner dans le croire ne nécessite pas plus de temps que de laisser à nouveau descendre notre diaphragme.

  3. Répondre
    Norbert Valley - 9 janvier 2022

    Merci Marilyn. Sois bénie dans ton action ainsi que tes collègues.

  4. Répondre
    Sylvie Francey - 9 janvier 2022

    Grand Merci ! je chemine … j’apprends à m’arrêter et j’ai enfin compris/admis qu’il était largement préférable de le faire !
    Ceux qui ne sont pas encore convaincus de la nécessité, je vous encourage à le devenir !

  5. Répondre
    Nedeljkovic - 11 janvier 2022

    Shalom c’est vrai je suis auxiliaire de santé depuis 25 ans et sans Dieu nous ne pouvons rien faire c’est par sa grâce que j’ai pu continuer Merci beaucoup pour ce rappel que je dois toujours puiser ma force auprès de Dieu soyez richement béni

  6. Répondre
    Topouzkhanian - 12 janvier 2022

    Un immense merci pour ces méditations qui toujours me touchent en tant que soignante, et ces prières de bénédiction.
    Soyez vous aussi bénis en cette Annee nouvelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Remonter